14 juin 2010

Plaisir, joie et bonheur

Savons-nous hiérarchiser notre satisfaction?

 

Le plaisir ... une friandise,

La joie ... un émoi,

Le bonheur ... en plein coeur!

 

Le plaisir est petit, il est pour soi, il soulage momentanément d'un désir, d'une frustration... un plaisir est à l'échelle humaine, cela ne répond pas à proprement parler à un besoin mais plutôt à une envie, mais quoiqu'il en soit, il est bon qu'une personne puisse avoir du plaisir: Le plaisir stimule, entraine, divertit... sauf que ce n'est pas une fin en soi: ça ne rassasie pas, ça n'élève pas, ça ne grandit pas l'homme.

Le plaisir n'est donc pas le but ultime de la vie car il est insatisfaisant et inefficace: un plaisir ne peut satisfaire qu'une partie de l'être mais jamais sa totalité: se réfugier dans la recherche insatiable des plaisirs ne rend pas heureux, c'est une sorte de fuite, un refus de combler son être, une volonté d'oubli.

 

La joie va au delà du simple plaisir parce qu'elle se partage, et puisqu'elle se partage elle rend plus heureux que le simple plaisir égoïste, car elle se donne et se reçoit, elle se transmet, se communique, elle fait entrer l'être dans le plaisir de la relation et s'inscrit donc comme un besoin fondamental d'un être humain dédié à la relation. Seulement la joie ne se déclare pas, elle se vit; on ne peut pas décider d'être joyeux, la joie est comme tout autre sentiment: imprévu et fugace, inintelligible et surprenante. La joie doit être perçue comme un cadeau qui nous est fait: il faut préparer son coeur à la recevoir, la désirer, mais on ne peut pas la saisir ni l'ordonner... Elle vient et peut repartir chassée par soi ou par les autres, ou bien par tout autre événement contrariant. La joie est éphémère et involontaire.

 

Le bonheur est plus grand que tout, c'est un état de vie, il est durable, c'est du fond de son coeur que l'on ressent le bonheur mais le bonheur se distille et nourrit tout notre être. Le bonheur rayonne et renforcent celui qui le porte et ceux avec qui ce bonheur est partagé. Le bonheur est une quête: le bonheur se mérite, il n'arrive pas tout seul, il faut de la volonté pour être heureux car le bonheur implique tout l'être. Le bonheur n'est ni une succession de plaisir qui ne pourront jamais combler l'être, ni une somme ininterrompue de joie qui serait une quête absolument utopique et inhumaine. Oui, il faut porter le bonheur, avec sa volonté, avec ses tripes, avec ses propres forces et avec l'aide des autres; oui, il faut pouvoir ouvrir une brèche en son coeur pour le laisser pénétrer et irradier; oui, il faut pouvoir museler son cerveau pour l'empêcher de décortiquer le bonheur. Le bonheur se cherche, le bonheur se vit, le bonheur se porte.

 

Le bonheur est fait pour l'homme: c'est la quête à la fois la plus intime, la plus dure et la plus importante de la vie d'un homme... la quête du bonheur est incontournable et elle est propre à chacun: à chacun de savoir mener cette quête jusqu'au bout sans se laisser leurrer par les petites satisfactions de la vie.

Il est difficile de mesurer son bonheur, de le vivre pleinement, mais c'est lorsque le bonheur nous échappe ou lorsqu'on arrive au seuil de la mort que l'on peut enfin analyser et comprendre ce que l'on a vécu et voir les fruits de nos efforts dédiés à cette quête et pouvoir dire finalement j'ai été heureux.

Posté par marin_normand à 00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Plaisir, joie et bonheur

Nouveau commentaire